Tergiversations : passage optimiste

Comme vous avez pu le constater si vous ne vous arrêtez pas à un billet d’humeur à un moment donné, il y a des moments positifs aussi. Des moments où j’espère, ou je vois des visites de personnes aimées, de leur animal de compagnie, un chat en l’occurrence. Le sentir présent aussi, venir ronronner contre moi, le sentir quand je caresse l’air au dessus de ma couette, par la sensation électrisante de l’air.

Ils me suggèrent des idées pour un projet que j’ai noté vite fait mais que j’ai laissé sur mon bureau depuis. Me glissant qu’avec ce projet et l’argent gagné je pourrais me faire plaisir avec du bon matériel de travail.

C’était chouette et c’est pas ma seule impression plus qu’impression, et certains changements vont peut-être être plus compliqués à mettre en place. Une relation où, par déceptions réciproques, on s’est un peu éloignés. Mais c’est peut-être mieux de suivre sa propre voie que les conseilleurs qui ne sont pas les payeurs.

C’est vrai sans doute que d’autres personnes seraient intéressées par moi, statistiquement ça doit être vrai, mais combien résisteraient aussi longtemps à mes sautes d’humeur ? A mes tourments ? A mes joies incompressibles et exubérantes ? Je fais un effort pour causer moins de désagréments avec mes variations d’état, autant pour moi que mes proches, et pour m’occuper, ce qui a un bon effet sur moi. Indulgence et doses progressives de bonnes activités et ça ira.

Leave a comment

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.