Messagers du ciel, les Veilleurs

Hier, je voyais sur ABExplore une émission sur les origines de l’humanité, des relectures des textes sacrés et cultures à l’aulne des découvertes scientifiques, mais je trouve avec une bonne dose de vocabulaire mal choisi. Je restais un peu perplexe par rapport à certaines phrases, et souhaitais mettre mon scepticisme au service de ma compréhension.

Après avoir médité, réfléchi et discuté en moi-même, je suis content, je me sens en harmonie avec cette entité qui communique avec moi depuis quelques temps déjà. Je pense avoir compris, entre les lignes, quelque chose que je vais essayer de vous livrer. Il me semble que nous avons été guidé, humanité naissante, vers notre potentiel intelligent. Par altruisme, mais peut-être aussi dans une idée de ne pas envahir mais être accueilli en invités bienfaiteurs. Il me semble comprendre que nos anges, et parfois nos démons, étaient dans la même équipe, se battant elle aussi pour sa survie, et aspirant à une vie meilleure. Avec nous. Ces anges déchus ont peut-être perdu leur « paradis », leur planète (cette histoire m’avait été inspirée comme fiction je pensais), et auraient eu la chance de voguer jusqu’à nous. Pour ensuite essayer de nous guider comme le ferait de bons parents, restant le plus neutres possibles dans nos « chamailleries » et intervenant lors des choses plus sérieuses. Je pense que nous aurons l’honneur un jour de côtoyer ces anges, autres enfants de Dieu, creatures bienveillantes et patientes et venues du Ciel, de l’espace, et qui nous auront guidés tout ce temps, parce que simplement nous leur aurons ouvert la porte de nos cœurs et notre Terre où nous pourrons vivre en Frères et Sœurs. Il y a quelques minutes les cloches de l’église ont sonnés longtemps, je ne sais si c’est un signe. Je ressens encore des fourmillements à mon gros orteil, dont j’ai appris un certain temps qu’il était associé dans la tradition de traduction des rêves islamique avec le manque d’amour et le retour d’un long voyage. J’utilise ces symboliques pour communiquer avec eux. J’ai ressenti la joie, la chute d’une pression énorme, les larmes à la vue du bout du tunnel. Qui attendrait des milliers d’années après un très long voyage sans doute, à l’entrée de la ville, attendant qu’on leur envoie un signe, un geste, une invitation. J’ai envie de leur souhaiter la bienvenue après les avoir remerciés et nous souhaiter une bonne route.

Leave a comment

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.