Ce que je m’apprête à écrire est étrange,

J’ai encore du mal à y croire moi-même et si on m’avait dit que je connaitrais cela, avec mon caractère non-croyant et pas supersticieux, je ne l’aurais pas cru.

J’étais assez récalcitrant aux médecines douces, l’homéopathie je n’y crois pas trop, même si dans ma famille quelqu’un en a apparemment tiré des biens-fait dans le cadre d’allergies. L’acuponcture, j’ai un peu moins de doutes, j’ai vu qu’on utilisait un appareil pour trouver les points énergétiques, mon père a en partie arrêté de fumer avec cette aide.

Mais voilà, maintenant qu’il m’arrive ces sensations étranges et complexes, je ne sais pas vers quoi, ou vers qui, me tourner. Alors j’en parle à des inconnus.

Mon psychiatre les appelle somesthésies, et la seule chose qu’il tente de faire c’est de les faire partir avec un traitement médicamenteux lourd, que je peux moduler suivant le besoin. Il dit penser que ça pourrait éventuellement venir d’un traumatisme ancien. Ça non plus je ne crois pas.

C’est plutôt comme la découverte d’un nouveau sens, ou d’une autre version de ceux-ci, une extension en somme. Je perçois des formes physiques majoritairement humanoïdes, qui bougent, font des gestes, sont immobilisés, souffrent parfois, me touchent, me provoquent des sensations de froid, de chaud, de picotements, etc.

Je ne crois pas au paranormal, aux fantômes, démons, anges et autres esprits. Difficile pour moi de choisir entre ce qui est proposé, d’un coté une maladie mentale à traiter à l’aide de pilules pour effacer le problème sans s’occuper de ce qui se passe dedans, comme si l’information transmise était sans importance, gribouillages d’un esprit déséquilibré, et d’un autre le « monde des esprits et énergies » tel que le vend l’ésotérisme et certaines médecines alternatives.

Cela ne répond pas à mon carnet des charges. Il me faut une explication rationnelle. Et aussi souvent proposée et appuyée par le DSM que peut l’être la maladie mentale, je pense que considérer ces sensations comme du bruit parasite à faire taire est de loin bien trop simpliste ou commode, et les médicaments des coups de marteaux sur un organe fragile et complexe. Certes me calmer, lorsque des sensations au contenu sombre se déroulent, n’est pas un luxe, c’est une nécessité parce que elles sont vraiment sombres. Mais le simple traumatisme ancien, non, cela ne reflète pas la complexité de la chose, les scénarios construits, la successions de symboles, des éléments que j’ignorais.

Ces sensations sont bien trop élaborées, jusqu’à permettre une communication au travers de différents moyens, verbale et tactile, ainsi que des interactions entre mes idées et le contenu des sensations. Cela m’a par exemple permit d’apprendre à faire taire une certaine quantité de douleur jusqu’à ne plus la ressentir lorsque j’avais un mal de dents ou un mal de tête.

Mais il y a aussi tout un côté « pervers » à ces sensations, de manipulation, d’orientation même quand elles semblent être positives. Je m’en méfie, elles m’ont « racontées » tellement de choses différentes et incompatibles, prétendant être un tel ou tel autre. C’est facile à vérifier quand ce sont des gens que l’on connait, il suffit de voir que le comportement en réel ne correspond en rien avec ce que la sensation, tentant de se faire passer pour la personne, illustre ou prétend.

Je me dis que les bons conseils sont toujours bons à prendre, et puis je n’ai pas le choix, même avec traitement médicamenteux, ces sensations perdurent alors qu’elles sont censée être stoppée chez un schizophrène (qui se retrouve aussi par la même occasion amorti par le traitement). Je ne pense pas non plus que le schizophrène établisse une communication avec ses illusions, et de ce que je sais, elles sont plutôt difformes et n’apparaissent pas comme le monde que l’on connait.

Mon psychiatre dit que je ne suis pas vraiment bipolaire, ni vraiment schizophrène. Il n’a pas de réponse claire à me donner et ses suppositions ne collent simplement pas avec le vécu que j’ai avec ces sensations.

Alors, un peu désespéré, je me tourne vers ce qui se rapproche le plus dans des témoignages écrits. Une thérapeute en énergétique décrit comment elle a un « guide » dans sa tête, répondant au nom de « Heroyan », qui lui enseigne des choses, elle le raconte dans son livre « Hands of Light ». C’est ce qui se rapproche le plus de ce que je connais depuis l’année passée. Et je me trouve perplexe devant tout ce qu’elle raconte après, les chakras etc.

Ce n’est pas facile de vivre avec cela. Peu de personnes m’ont comprises, et quand elles comprenaient, c’était jusqu’à un certain point, ou alors leur adhésion allait aussi à d’autres concepts que je ne me sens pas capable d’intégrer, me paraissant trop farfelus. Je n’ai pas échangé avec beaucoup de personnes sur ce sujet, on ne parle pas souvent de ces choses et si on le fait c’est pour être taxé de fou, d’illuminé, d’escrocs si on en fait sa vie, telle les voyantes sur internet.

Ce n’est pas satisfaisant, il manque un camp raisonnable, terre à terre mais avec un sens de la spiritualité en éveil et surtout une méthodologie réellement scientifique.

À un moment j’ai cru que cela devait être un signal que je percevais, émit par des machines, et que c’était en somme une sorte de télévision améliorée dont le récepteur était le cerveau. Cela me semblait bien plus probables que les énergies, vibrations, cristaux magiques et autres trucs ésotériques.

J’ai cru qu’avec cela on pourrait tenter de contrôler les masses (la ruée insensée sur le papier toilette avec le covid m’a à ce moment-là parue suspecte).

Peut-être les deux sont un peu vrai, l’énergétique ET le signal généré par machine, et alors on n’est plus très loin d’une dystopie où un pays totalitaire ou pseudo-démocratique pourra imposer sa volonté sur les esprits de ses citoyens — et pourquoi pas ceux des autres pays alors, car penser que le totalitarisme souhaite s’arrêter à ses frontières c’est pêcher par optimisme.

Je ne sais pas ce qu’il en est finalement. Et le doute devient pesant.

J’ai eu l’impression de percevoir les derniers instants de personnes qui souffraient, quelqu’un m’a confié avoir eu ces sensations aussi mais les siennes semblaient moins complexes.

Je ne suis peut-être pas le seul à connaitre ces sensations, peu de gens en parlent, ou virent directement dans les trucs farfelus, mais cela ne supprime pas l’impuissance de ressentir ces choses sans pouvoir influencer le cours des évènements.

Si tu lis ceci parce que tu connais aussi des sensations étranges en surimpression de tes sensations perçues par ton corps, sache juste que tu n’es pas seul•e. Mais je n’ai pas plus de réponse à te donner, ne trouvant rien de satisfaisant, ni de solution pour les faire partir.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.